Author

Dossiers,

Qu’est ce qu’une zone tendue ?

Qu'est ce qu'une zone tendue

Un particulier recherche une habitation en vue d’une location dans une ville Française. Pourtant, la demande de location dans la ville en question est très forte. De plus, les constructions immobilières dans la zone sont limitées pour accueillir les nouveaux locataires. Cela implique que les propriétaires pourront revoir leurs loyers à la hausse. Pour éviter le déséquilibre entre l’offre et la demande, l’État a décidé de définir certaines agglomérations comme zone tendue.

La zone tendue c’est quoi ?

Une zone tendue peut être définie comme étant une liste de communes françaises dont un déséquilibre flagrant règne entre l’offre et la demande. Le déséquilibre est dû en grande partie à cause de l’insuffisance de logement locatif dans les agglomérations en question. Ainsi, les bailleurs peuvent demander aux futurs locataires un loyer excessif. Pourtant, les ménages qui recherchent un logement dans la zone peuvent disposer d’un faible revenu mensuel. Cela aura pour effet qu’ils ne pourront pas accéder à un logement décent dans la commune.

Quelles sont les zones tendues ?

Selon le décret n° 2013-392 du 10 mai 2013, il existe 28 agglomérations françaises définies comme étant une zone tendue. Exemple, Lyon, Marseille, Montpellier ou Ajaccio. L’ensemble des agglomérations comptent 1 151 communes de l’hexagone. Pour information, une agglomération doit présenter plus de 50 000 habitants avant d’être considérée comme une zone tendue. En effet, plus la population est dense, plus il devient difficile pour un futur locataire de trouver un logement. À noter que Paris et Lille sont aussi des zones tendues. Toutefois, elles sont touchées par des mesures particulières. Pour le cas de Paris, le plafonnement des loyers est instauré depuis le 1er juillet 2019. Pour deux communes de Lille, le plafonnement des loyers est effectif dans la commune Hellemmes et Lomme depuis le 1er mars 2020.

Quel est l’impact de la zone tendue ?

Les impacts de la zone tendue sont nombreux pour le bailleur et le propriétaire. D’abord, le loyer est encadré dans une zone tendue. En pratique, le loyer du nouveau locataire ne doit pas excéder celle de l’ancien locataire. La durée de préavis de trois mois est également écourtée à un mois. Ensuite, il n’est pas possible de découper les zones par quartier. Ainsi, toutes les maisons mises en location dans la ville de Marseille par exemple doivent de facto encadrer leur loyer ou payer une taxe sur les logements vacants. Par ailleurs, le propriétaire devrait payer la surtaxe d’habitation pour les résidences secondaires meublées.

0Aucun Commentaire
Immobilier,

Qu’est ce que la gestion immobilière ?

Qu'est ce que la gestion immobilière

S’il existe un placement qui date, mais qui est toujours d’actualité, ce serait l’immobilier. Investissement sûr et rentable, il permet également de se constituer un patrimoine. Mais pour que l’investissement soit bien rentable, il faut faire recours à la gestion immobilière. Voici plus de détails sur ce sujet.

Définition de la gestion locative

Il est possible de définir la gestion locative comme l’ensemble des opérations encadrant l’administration d’un bien immobilier en location. Par conséquent, le terme générique « gestion locative » désigne des tâches multiples à savoir la mise en location du bien, c’est-à-dire, la publicité et la mise en valeur du logement, l’organisation des visites, la rédaction des contrats de location, etc. Mais elle concerne également d’autres missions plus importantes comme la prise en charge des garanties et de l’assurance loyers impayées, l’apurement de charges, la gestion des loyers et des charges, la gestion technique, notamment la rénovation et la maintenance du bien, l’état des lieux de sortie et bien d’autres opérations également.

Les différents types de gestion immobilière

De manière générale, deux types de gestion locative existent dont la gestion locative déléguée et la gestion locative seule. Le premier type de gestion consiste à confier l’ensemble des tâches relatives à la gestion locative à une agence. Ainsi, on peut avoir l’esprit tranquille dans son investissement étant donné que cette dernière s’occupe de tout avec son service complet. Mais pour cela, on n’aura plus la maîtrise du bien, d’autant plus que les frais de l’agence peuvent être onéreux. Ainsi, le propriétaire peut choisir de gérer lui seul la gestion locative, mais les tâches seront multiples. D’ailleurs, cela nécessite une maîtrise de beaucoup de domaines.

Qu’en est-il de la gestion semi-déléguée ?

Si les deux types de gestions évoqués ne sont pas adaptés aux attentes du propriétaire, il peut miser sur la gestion semi-déléguée. Cela veut dire qu’il confie uniquement une partie de l’administration à une agence en prenant en charge du reste des tâches. Ainsi, il pourra bénéficier d’une gestion professionnelle à faible coût, mais il doit rester un minimum impliqué dans la gestion de son bien. Cependant, ce type de gestion locative est le plus connu et le plus adopté par les investisseurs immobiliers.

0Aucun Commentaire
Dossiers,

Pourquoi donner l’exclusivité à une agence immobilière lors de la vente de votre bien ?

Pourquoi donner l'exclusivité à une agence immobilière lors de la vente de votre bien

Vous voulez assurer une vente de votre bien immobilier dans un court délai ? La solution idéale pour réaliser votre souhait est de donner une exclusivité à une agence immobilière. Choisir de confier la commercialisation de son bien à une seule agence vous permet de multiplier votre chance de vente face aux autres vendeurs. L’agence immobilière s’engage à utiliser son expertise pour conclure une meilleure vente.

Tout ce qu’il faut savoir sur le mandat exclusif

On parle de mandat exclusif lorsqu’un vendeur ou un acheteur a choisi une seule agence immobilière pour vendre ou acheter un bien. Il offre donc à une seule agence le droit de commercialiser son bien, en vue de trouver un client potentiel qui peut acheter ce bien. C’est un type de contrat qui lie deux parties, d’une part, l’acheteur ou le vendeur, et d’autre part, un professionnel de l’immobilier. Le contrat signé a un délai de quelques mois. C’est l’agent immobilier qui prend en main donc toutes les démarches de mise en vente des biens qui lui ont été confiés. Il est dans l’obligation de mettre toutes les chances de votre côté, afin de réussir une vente de votre bien.

Pourquoi offrir une exclusivité à une agence immobilière ?

L’agence immobilière que vous avez choisie va mettre en sorte de conclure une vente, et cela, dans un délai le plus bref possible. Donner la responsabilité à l’agence immobilière vous permet de réussir une vente à un très bon prix et en toute confiance. Une vente conclut au meilleur prix est l’objectif du professionnel de l’immobilier. Ainsi donc, si vous choisissez de donner une exclusivité à une agence immobilière la vente de votre bien, le professionnel de l’immobilier vous garantit une meilleure visibilité sur leur site de commerce. Cela a un effet positif sur votre vente, car votre bien sera en vue en premier, un privilège à ne pas manquer !

Quels sont les éléments importants qui doivent être compris dans le contrat ?

Défini par la loi Hoguet en 1970, le contrat signé avec l’agent doit comporter des éléments essentiels avant la mise en vente tels que : les détails sur l’identité du vendeur, les contacts du professionnel, ainsi que son numéro de carte d’agent immobilier, les caractéristiques du bien en vente, les honoraires de l’agent, en fixe ou en pourcentage, le délai du contrat. Souvent, ce délai est de 3 mois, mais renouvelable selon votre désir. Alors, si vous souhaitez conclure une meilleure vente de votre bien, n’hésitez pas à confier le travail à un professionnel du métier.

0Aucun Commentaire
Dossiers,

Conseils pour que votre dossier de location soit accepté

Conseils pour que votre dossier de location soit accepté

Les logements se raréfient chaque année et nombreuses sont les personnes à la recherche d’une location, que ce soit des étudiants ou des salariés. Si les annonces sont plusieurs sur internet, c’est que les propriétaires sont très exigeants. Le coût du loyer est de plus en plus cher et les risques d’expulsion augmentent de nos jours. Face à cette situation, des documents seront toujours demandés au locataire.

Quels sont les dossiers demandés

Faire louer son bien à une personne n’est pas facile. Afin de rassurer le propriétaire du paiement mensuel du loyer, des pièces justificatives doivent être fournies par le futur locataire. Voici quelques-unes :

Pour les étudiants

  • une photocopie de la carte d’identité
  • une photocopie de la carte étudiante
  • une convention de stage si la personne est en stage
  • une attestation d’inscription ou le certificat de scolarité pour l’année en cours.

Pour qu’un étudiant soit fiable, un garant est nécessaire. Il doit également se munir de quelques documents :

  • Une photocopie d’une pièce d’identité
  • Une attestation de l’employeur mentionnant la date d’embauche et le type de contrat
  • Les trois derniers bulletins de salaire
  • Le dernier avis d’imposition
  • S’il est propriétaire, une taxe foncière
  • Les trois dernières quittances de loyer si c’est un locataire
  • pour un artisan ou commerçant, une carte professionnelle et le dernier bilan du comptable.

Pour les salariés :

  • une photocopie d’une pièce d’identité
  • les trois derniers bulletins de salaire
  • le contrat de travail
  • le dernier avis d’imposition
  • le relevé d’identité bancaire
  • les dernières quittances de loyer du dernier logement occupé

Même si ces documents sont complets, convaincre le propriétaire est encore une autre affaire. La sélection est rude, car les candidats ne manquent pas.

Les conseils qui peuvent servir pour que les dossiers de location soient acceptés

  • Faire une bonne première impression au premier contact et être bien présentable au niveau de la tenue.
  • Pour anticiper, tous les dossiers nécessaires doivent être préparés même s’ils n’ont pas encore été demandés.
  • Il faut que le dossier soit impeccable, sans aucune faute d’orthographe avec une présentation soignée. Le mettre dans une pochette colorée s’il le faut.
  • Ajouter des documents peut rassurer le propriétaire, comme : une lettre de recommandation de l’ancien bailleur, une lettre d’engagement du garant, une lettre de recommandation de la banque.
0Aucun Commentaire
Dossiers,

Ce qu’il faut savoir avant de changer sa porte d’entrée

Ce qu'il faut savoir avant de changer sa porte d'entrée

La porte représente une déco à part entière dans la structure d’une maison. Avec l’évolution rapide du design immobilier, les portes et les fenêtres déploient également diverses tendances sur la forme, les matériels utilisés et les dimensions. Toutes fois, si vous envisagez de rénover votre porte d’entrée, certains points doivent être étudiés pour obtenir un bon résultat.

Pourquoi entretenir les portes d’entrées

La porte d’entrée possède de multiples usages : sécurité, isolation, intimité et confort. Cependant, au fil du temps, elle peut être usée, abîmée et démodée. C’est pourquoi il est indispensable de la maintenir en bon état. Par ailleurs, l’envie de changement peut très bien aussi parvenir en raison d’une nouvelle décoration intérieure et extérieure.

Différents modèles

Dans le domaine de l’immobilier et de la construction, ce n’est pas les modèles qui manquent en termes de portes d’entrées. On peut en trouver du plus classique au plus sophistiqué. Pour une sécurité maximale, la porte pleine est une bonne alternative, elle peut être en bois, en acier ou aluminium. Pour plus d’esthétique, le choix est partagé entre les semi-vitrées et celles qui sont entièrement vitrées. Toutefois, il faut noter que les verres utilisés dans ce genre d’ouvrage ont des qualités et des épaisseurs spéciales pour supporter les chocs, les pressions et les températures.

Les critères à prendre en compte

Pour le changement de la porte d’entrée, il existe quelques points importants à ne pas négliger :

  • Les serrures des hautes qualités sont requises pour la garantie de la sécurité. On les retrouve sous une large gamme dans les rayons bricolages et quincaillerie selon les budgets et les besoins des clients.
  • Les portes en vente et prêtes à l’emploi ont toutes des tailles diversifiées. Alors, la prise des mesures sur le cadrage de l’ancienne porte doit être effectuée minutieusement pour éviter les erreurs. Dans ce cas précis, la conception d’un modèle sur mesure est fortement conseillée.
  • Pour les changements radicaux, c’est-à-dire l’installation d’une porte d’une autre taille et d’une nouvelle forme, l’avis d’un expert est essentiel. Des travaux de construction supplémentaires pourront s’imposer et seul l’avis des professionnels pourra assurer le bon déroulement de la construction.

La porte d’entrée est loin d’être un meuble distinctif. Cependant, elle orne de manière discrète le design de la maison. En parallèle avec son remplacement ou sa rénovation, la vérification des joints, du mur de soutènement et des serrures est de rigueur.

0Aucun Commentaire
Immobilier,

Tout savoir sur la loi Lagleize

Tout savoir sur la loi Lagleize

Connaissez-vous bien la loi Lagleize ?

De moins en moins de Français peut accéder à une propriété dans les centres-ville. La loi Lagleize propose de résoudre ce problème en diminuant le coût du foncier. Pour ce faire, elle propose une séparation de la propriété foncière de celle du bâti.

Quelle est l’origine de cette loi ?

La loi Lagleize est née d’une requête du premier ministre Édouard Philippe faite au député Jean-Luc Lagleize. Ce dernier fût chargé de rédiger un texte visant à maîtriser les coûts du foncier, notamment dans les travaux de construction. La mission s’inscrivait dans le cadre de la connue loi Elan. Les 50 propositions apportées par le rapport Lagleize concernent toutes la diminution du coût foncier en France.

Un changement dans les coûts

La loi Lagleize souhaite faire baisser largement les prix du foncier en France. Ces derniers ont augmenté de 71% en seulement 10 ans. Vous devez aussi savoir que le prix des terrains s’en trouve de plus en plus chargé arrivant jusqu’à 58% du prix total du logement. C’est pour cette raison que la loi Lagleize propose de dissocier la propriété du bâti de la propriété foncière. Autrement dit, le coût du logement est dorénavant séparé de celui du terrain. Cependant, elle nécessite la création d’organismes de foncier libre qui permettraient une réduction du prix du bâti jusqu’à 20 à 40%.

Une mise à jour sur le droit de propriété

Puisqu’il y a séparation entre la propriété foncière et celle du bâti, le bien du propriétaire du logement s’en trouve alors limité par les murs de l’enceinte. Il ne possède donc pas le terrain sur lequel l’immobilier est construit et devra s’acquitter d’une redevance mensuelle toutefois faible. Le terrain revient être un patrimoine des collectivités locales sous la gérance des OFL ou organismes fonciers libres.

Naissance des organismes fonciers libres

Les OFL sont chargés d’acquérir les terrains et de céder l’immobilier qui y est bâti dans le cadre des Baux Réels Libres. Ces organismes diffèrent des OFS du fait qu’il n’existe pas de plafond des ressources ni des encadrements sur le côté prix dans le cas d’une revente.

Les autres apports de la loi

La loi Lagleize propose de créer des fonds destinés à la dépollution des sources de foncier constructible qui sont les friches urbaines et industrielles. Elle prône également la suppression de la vente aux enchères dans les cas de cessions de foncier.

0Aucun Commentaire
Immobilier,

Qu’est-ce qu’un expert immobilier ?

Qu'est-ce qu'un expert immobilier

Un expert immobilier est un interlocuteur qui intervient dans un processus de transaction immobilière. Il a pour principal rôle d’évaluer de façon objective la valeur vénale ou locative d’un bien immobilier. Beaucoup confondent les missions d’un expert immobilier à celles d’un agent ou promoteur immobilier.

Définition de l’expert immobilier

En tant qu’expert, un expert immobilier est un spécialiste de tout ce qui concerne le secteur immobilier. On fait souvent appel à ses services pour évaluer un bien immobilier. Grâce à son savoir-faire et à ses années d’expérience, il est capable de déduire la valeur d’un bien que ce soit terrain, immeuble ou maison en fonction du marché, du lieu, de l’ancienneté et de la qualité du bien. Il n’intervient pas directement dans une transaction immobilière, mais son analyse et son estimation joue gros sur le montant de la transaction. C’est pourquoi un expert immobilier doit apporter des arguments pertinents et justifiés avant de donner une valeur approximative. Il est à noter qu’un expert immobilier travaille souvent en indépendant, contrairement à un agent immobilier.

Une formation reconnue et certifiée ?

Dans la pratique, le métier d’expert immobilier n’est pas réglementé. Il n’y a pas d’ailleurs de diplôme en France ou de concours pour devenir un expert immobilier. Toutefois, ce métier reste régulé de plusieurs façons. En effet, dans l’exercice de leur métier, un expert immobilier doit être mandaté par des magistrats, notaires ou des professionnels. Aussi, il existe des organismes comme le Centre National de l’Expertise ou encore la Chambre des Experts Immobiliers de France qui proposent des labels fiables pour agréer des experts immobiliers. Le but est d’établir un code de déontologie pour que les pratiques des experts immobiliers soient similaires et uniformes. Ainsi, un même bien immobilier évalué par différents experts immobiliers doit avoir à peu près la même valeur.

Au niveau européen, il existe déjà une certification officielle accordée pour une durée de 5 ans et à titre individuel. Cette certification est délivrée par les associations et organismes cités ci-dessus.

Les critères pris en compte par l’expert immobilier pour évaluer un bien

– La superficie du bien.

– Le style architectural

– Les matériaux utilisés.

– L’état général du bien immobilier

– La localisation du bien.

– Les analyses de diagnostics environnementaux, énergétiques, et autres.

– L’état du marché immobilier, aussi bien à l’échelle régionale que local

0Aucun Commentaire
Immobilier,

Les salaires de l’expert immobilier : sont-ils bien rémunérés ?

L’évaluation immobilière est un segment en pleine expansion du secteur de l’évaluation. Le total des revenus des participants au classement des plus grandes sociétés d’évaluation des transactions d’évaluation immobilière en 2016 s’élève à 3,8 milliards d’euro, soit 24% de plus que l’année précédente. Le segment de la valorisation des activités et des valeurs mobilières progresse plus rapidement, mais la valorisation de l’immobilier reste en tête de la structure des revenus.

Quelles sont les compétences requises pour un expert immobilier ?

Le niveau de compétence des candidats revêt une grande importance. Bien entendu, les employeurs souhaitent voir des employés expérimentés et expérimentés. Alors que 77% des candidats sont des jeunes professionnels de moins de 30 ans et 17% des candidats ayant une formation supérieure incomplète, en d’autres termes, les étudiants qui entament leurs premiers pas dans leur parcours professionnel. Bien entendu, cela rend difficile à la fois de trouver du travail pour les demandeurs d’emploi et de sélectionner du personnel pour les employeurs.

Responsabilités :

  • Inspection des objets d’évaluation, collecte et analyse des informations, examen des documents.
  • Établissement du marché, garantie ou autre valeur d’objets immobiliers, taux de location du marché.
  • Négociation avec les clients, conclusion de contrats, et Conseiller les clients sur les questions d’évaluation.
  • Développement d’une méthodologie pour l’évaluation de l’immobilier, le calcul.
  • Préparation de la documentation du reporting, protection, et présentation des rapports d’évaluation pour les clients.
  • Examen des travaux d’évaluation immobilière effectués par des tiers.
  • Surveillance de la valeur marchande de l’immobilier et des taux de location du marché, afin de tenir à jour la documentation des rapports internes.

Quelles sont les offre de salaire sur le marcher de l’emploi dans l’immobilier ?

L’offre salariale moyenne d’un expert en évaluation immobilière en France est de 36 000 euros/an. Les jeunes spécialistes diplômés des départements financiers et économiques des universités – qui s’intéressent au domaine de l’évaluation immobilière – doivent connaître la théorie et les méthodes d’évaluation, les exigences des normes, les actes législatifs et réglementaires en matière d’évaluation. Le salaire de départ des experts débutants est de 2500euros/mois. Un salaire légèrement supérieur est promis aux candidats ayant de l’expérience dans le domaine de l’évaluation immobilière depuis au moins 1 an. L’expérience de la préparation d’expertises est recherchée et la connaissance des bases de la comptabilité et de la comptabilité fiscale est également utile. Le salaire des spécialistes qui sont en fin de carrière s’élève à 5500 euros/mois.

0Aucun Commentaire